Sunday 12 September 2010

Barbara - Göttingen



Of course, it's not la Seine
It's not Vincennes' wood,
But it is pretty anyway
In Göttingen, in Göttingen.

No quays, and no old tunes
moaning and dragging on
But love still blossoms here
In Göttingen, in Göttingen.

They know better that us, I think,
The history of the kings of France
Herman, Peter, Helga and Hans,
In Göttingen.

Don't get offended,
But the tales of our childhood,
"Once upon a time" start
In Göttingen.

Of course, we have la Seine
And our Vincennes' wood,
But God, the roses are beautiful
In Göttingen, in Göttingen.

We have our pale mornings,
The grey soul of Verlaine,
Them, they are melancholy itself
In Göttingen, in Göttingen.

When they don't have anything to say,
They stay here and smile to us
But we understand them anyway
The blond children of Göttingen.

Too bad for those who are stunned
May the others forgive me,
But children are the same,
In Paris or in Göttingen.

May never come back
The time of blood and hatred
Because there are people I love
In Göttingen, in Göttingen.

When would ring the alarm
If we had to take up arms again
My heart would shed a tear
For Göttingen, for Göttingen.

But still, it is pretty
In Göttingen, in Göttingen.


 

Bien sûr, ce n'est pas la Seine,
Ce n'est pas le bois de Vincennes,
Mais c'est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Pas de quais et pas de rengaines
Qui se lamentent et qui se traînent,
Mais l'amour y fleurit quand même,
A Göttingen, à Göttingen.

Ils savent mieux que nous, je pense,
L'histoire de nos rois de France,
Herman, Peter, Helga et Hans,
A Göttingen.

Et que personne ne s'offense,
Mais les contes de notre enfance,
"Il était une fois" commence
A Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine
Et puis notre bois de Vincennes,
Mais Dieu que les roses sont belles
A Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes
Et l'âme grise de Verlaine,
Eux c'est la mélancolie même,
A Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire,
Ils restent là à nous sourire
Mais nous les comprenons quand même,
Les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s'étonnent
Et que les autres me pardonnent,
Mais les enfants ce sont les mêmes,
A Paris ou à Göttingen.

O faites que jamais ne revienne
Le temps du sang et de la haine
Car il y a des gens que j'aime,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l'alarme,
S'il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c'est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l'alarme,
S'il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

No comments:

Post a comment